2010 06 04 et 05 - La place de l'enfant dans la prévention primaire au 5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie

04 et 05/06/2010 : La place de l'enfant dans la prévention primaire au 5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie

M'Ton Dos a participé au 5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie à Saint Brieuc.

Introduction

M’TON DOS est un concept de mobilisation pluridisciplinaire fondé sur un partenariat associatif ouvert (Grandir en France, FCPE, SNMKR…), une campagne pour la prévention à la rencontre des professionnels et des experts indépendants pour une représentativité nationale.

 MTONDOS propose une formation et des outils numériques pertinents, peu coûteux dont les effets sont durables. Ces supports numériques contiennent les travaux de références pour la présentation aux décideurs et des outils pédagogiques pour aider les kinésithérapeutes à effectuer leurs interventions avec les enfants en milieu scolaire et avec les adultes en entreprise. L’implantation de ces « Serious Games » et des posters pour les salles de classes sont destinés à promouvoir durablement « l’écologie du dos »  à travers la généralisation de l’usage numériques et le développement des classes mobiles. Il s'agit notamment de la valorisation des compétences de la profession de kinésithérapeutes dans le domaine de la prévention.

5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie à Saint Brieuc

Question de Corinne DEPREZ      corinne.deprez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A - Quels sont les moyens financiers pour la prévention primaire ?

      Qui finance ?

B - Comment organisez une formation en milieu scolaire ?

 

Réponse Daniel Ribaud Chevrey         Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

A-           La réponse au problème du financement intéresse tout le monde, les congressistes, les intervenants comme les organisateurs du congrès, les experts, les militants, tous les volontaires qui ont fait ce choix ; mais aussi et principalement les responsables institutionnels que sont les collectivités territoriales qui ont en charge les budgets scolaires, les Mutuelles qui prennent le relais de l'Assurance Maladie...

La réponse intéresse désormais les parents d’élèves; s’agissant de la place de l’enfant dans la prévention primaire.

 

Sachant que la prévention était un des 5 points qui intéressent les ARS, et donc le rassemblement  de l’ensemble des guichets institutionnels possibles, j’ai moi-même posée la question au directeur de la Santé à la fin de son intervention.

Ce n’est pas lui.

Face au débordement des besoins, des dépenses de santé et à l’arrivée des référentiels, nous avions posé cette question à l’UNCAM, qui s’inquiète à juste titre de l’augmentation des lombalgies chez les adultes jeunes.

Bien qu’elle reconnaisse MTONDOS  comme programme de prévention primaire, ce n’est pas elle non plus.

 

En tant que porteur de projet, à l’appui d’une certaine représentativité démocratique et scientifique, je frappe à toutes les portes et demande depuis 15 ans lequel des ministères, concernés, investira le premier ?

 L’Education Nationale ; il n’y a pas d’experts du mal de dos et de la prévention.

La Santé, Jeunesse et Sports, il y a trop d’experts…

Il n’y a que des affaires plus graves et plus urgentes. Les politiques changent, les institutions restent mais la compartimentation des rôles avec. L’inconvénient de cet avantage est que la prévention primaire se présente à la fois comme un projet pertinent mais paradoxal (voir l’article de K2P de mars 2010)

Ce ne sont pas eux non plus, donc personne à priori.

Mais peut être, tous ensembles, dans une certaine mesure, parce que MTONDOS innove en s’appuyant sur l'expertise et la présence des parents d’élèves et des outils de communications qui seront durablement utiles.

 

Il semble que la volonté de prévention ne résulte que de la mobilisation de ses acteurs (c'est-à-dire vous, nous; ceux qui savent de quoi il s'agit) , et que son financement soit inversement proportionnel aux besoins du marché qui ignore tout de la nécessité, de sorte que la prévention secondaire devrait continuer à bien se porter, ainsi que la thérapie tant que les intéressés auront les moyens.

 

En conclusion, en dehors des budgets réservés aux études médicales, aux expérimentations de terrain, il n’y a pas encore de financement pour la prévention primaire des lombalgies en milieu scolaire, alors que la mal de dos "s'apprend sur les bancs de l'école", et que l'école est le seul endroit égalitaire pour la Prévention et le promotion de la Santé.

La bonne nouvelle est que la démocratie locale peut légitimement demander ce budget en conseil d’administration des établissements scolaires, et qu’elle dispose des textes pour le faire avec l’aide des réseaux  de kinésithérapeutes intervenants, d’autant que les collectivités territoriales ont tout intérêt à favoriser  la rencontre des compétences de proximité, s’agissant de décentralisation, et à valoriser les initiatives et les projets locaux.

De fait, l’ouverture du partenariat MTONDOS est véritablement une force de proposition pour tous.

A propos de notre visibilité, il est possible que MTONDOS  obtienne le patronage du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sport. Un projet d’expérimentation sur plusieurs départements a été envisagé à par la DGES au Ministère de l’Education nationale.

Nous devrions donc, un jour, obtenir le patronage de l’Education Nationale !

B - L’organisation de la formation en classe renvoie aux  réponses apportées aux précédentes questions.


1 -  tout d’abord, présenter le programme de prévention MTONDOS en petite assemblée les responsables de la communauté scolaire, avec les représentants des parents et les professeurs,  en utilisant un rétroprojecteur  de l’établissement et le support de formation ; parce que  l’élargissement de cette communication favorisera un soutien durable de l’action et son développement futur.
Rappeler à cette occasion que la FCPE diffuse le programme mtondos aux parents et aux professeurs.
Il s’agit aussi de trouver un ou plusieurs professeurs référents de façon à pouvoir reproduire l’intervention en classe en cours d'année scolaire avec tous les élèves de l’établissement.

Pour cela, il est préférable de montrer le support de formation au plus grand nombre de professeurs. Ce support sert aussi à former les adultes. Il contient, à cet effet, les travaux de références qui justifient la formation des élèves et des personnels scolaires, et  tous les outils pédagogiques qui seront utilisés en pratique: vidéo de campagne, outil interactif, auto grandissement,  schémas simplifiés  d’anatomie et de  biomécanique de la position assise et du port du cartable, vidéo de la position assise et travail sur ballon, l'analyse du poster et présentation du logiciel avec son système d'alerte posturale et sa pédagogie répétitive.

Tout le monde doit comprendre l'intérêt pédagogique des "Serious Games", face aux espoirs de développement numérique scolaire et  du e-Learning de la formation professionnelle.


2 – en second,  et afin d’engager une communication élargie sur la pédagogie préventive du redressement, il sera toujours préférable de placer les posters dans les salles de classes.

Les professeurs et les élèves en parleront, l’infirmière scolaire aussi.

Le support, étant pédagogique, sera commenté à l’occasion  du programme scolaire, en particulier en classes primaires et en 5 ème.

Sa présence indiquera en permanence la nécessite de mobilité et de redressement du dos.

Les premiers effets, attendus à court terme, seront une plus grande attention des élèves, une diminution de la fatigabilité, et l’obtention de meilleurs résultats scolaires ; autant d’effets concrets, positifs, qui retiendront l’attention des enseignants et des parents.

Notons que le faible coût facilite l’implantation du projet et de notre communication.


3 – ensuite vient la formation en classe

Du point de vue financement,

-          La mairie pourra allouer un budget pour les écoles primaires

-          Le budget du collège dépend du département,

-          Et celui des lycées des régions

Une allocation doit  donc être demandée par le conseil d’établissement. Pour cela, il faut que le comité d’éducation à la santé qui est présent dans le CA en fasse la demande

La formation en classe sera préparée spécialement avec le professeur volontaire et de(s) éventuel(s) référent(s)

 

Le sujet concerne la position assise et le port du cartable qui sont indissociables; autrement dit l'application de la Circulaire de janvier 2008

La durée de l’intervention est  de 50 minutes, il n’est pas envisageable de la faire avec plus de 33 élèves

 

Il est conseillé de filmer l’intervention dans sa globalité afin de réaliser un montage d’une douzaine de minutes portant sur l’essentiel

 

Il est intéressant d’amener un ballon de 55 cm ; voir sur www.mtondos  dans la rubrique « nouveautés »( tout en bas le reportage de M6 au collège Lavoisier de Pantin et le document Word portant sur le déroulement de l’intervention, à titre indicatif).


Je vous suggère l’approche suivante :

 

    -     acquérir  à titre personnel le support de formation pour les raisons

           évoquées précédemment, en tant que kinésithérapeute intervenant

           Vous bénéficierez d’une remise de 33%; le prix sera donc de 100 e

-       Mettre des posters dans les classes de 5 et 6ème ; 10 x 10 = 100 e

L’établissement devrait pouvoir trouver un poste comptable pour l’achat des supports pédagogiques et préventifs à la santé puisqu’indiqués par la circulaire de janvier 2008.

-       Organiser la conférence avec les responsables de la communauté scolaire  (membres du CA) et le plus d’enseignants possible.

Ne pas oublier de souligner que l’action MTONDOS vient en aide à la médecine scolaire et aux enseignants et que les résultats scolaires des élèves  seront améliorés.

-       l’établissement doit acheter un exemplaire du support de formation à conserver au CDI afin de pouvoir être réutilisé avec la vidéo de la première formation par un référent, qui restera le contact  privilégié avec vous et/ou nous.

-       votre  intervention nécessite un juste financement

Nous avons évalué avec nos confrères intervenants et formateurs que chacune d’elle justifie un minimum d’une demi-journée de travail, occasionnant un coût de l’ordre de 300 à 350 euros  selon le déplacement

Pour toute question complémentaire, n’hésitez pas à m’appeler au 01 42 78 90 07 

5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie à Saint Brieuc

 Question d’  Eric CLAVELLOUX           Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La sensibilisation théorique à la mécanique du dos est indispensable. Mais ne faut-il pas  agir sur la gestuelle de l’enfant par une gymnastique répétée tout au long de l’année ?

 

Réponse Daniel Ribaud Chevrey         Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les experts disent en effet que la prévention primaire passe par l’évolution de nos structures environnementales, l’acquisition de meilleurs habitudes fonctionnelles et une transmission de connaissance de base indispensable ; il s’agit notamment de permettre aux enfants de bouger le mieux possible. De même que le poste de travail doit être adapté à la taille, l’organisation fonctionnelle doit apporter préalablement les conditions de mouvements préventifs.

 

Pour cela nous devons faire entrer les kinésithérapeutes en grand nombre dans les écoles pour convaincre tout d’abord les adultes de la nécessité d’adaptation de leurs structures et de leurs habitudes. Cela commence par changer les mentalités d’adultes.

 Il est beaucoup plus facile de travailler avec les enfants.

 

Avant de pouvoir faire entrer un ballon dans une salle de classe et imaginer que nous pourront faire des séances de gym kiné qui sont répétées en notre absence, il faut comprendre que nous nous adressons généralement à nos patients qui ne connaissent rien au problème et à sa solution, et  ne pas perdre de vue que leurs préoccupations n’ont rien à voir avec notre projet de mise mouvements autour de la posture d’équilibre.

Au contraire, ils préféreraient que les élèves ne bougent pas du tout.

 

La réponse à ce problème est de savoir comment légitimer le travail de redressement  du dos et de détente musculaire en classe sans perturber le cours de maths et risquer de rencontrer une opposition à notre démarche ?

Il s’agit en effet de permettre  des actions répétitives, d’obtenir leur normalisation  dans le cadre scolaire,  et d’envisager leur évolution dans la perspective d’aboutissement d’un programme à long terme.

Nous ne pouvons donc pas limiter cette action à une prestation de kinésithérapeute. Il s’agit de programme coordonné pluridisciplinaire ; impliquant tous les responsables et les acteurs de proximité autour de l’enfant.

 

Aussi, dans le cadre scolaire, la pédagogie et l’éducation à la santé sont les leviers principaux qui permettront à tous de progresser, adultes et enfants, personnels scolaires et élèves.

La nécessité de mouvement vaut autant pour le travail de bureau et la prévention secondaire. Or, là aussi, nous n’avons pas encore réussi à intégrer la pratique de la gym kiné sur les ballons parmi les fauteuils fixes. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, plus tôt à l’école ; dans tous les cas, il faut donc faire « bouger » la vision des adultes.

 

La pertinence des outils MTONDOS  repose à la fois sur l’objectif que vous proposez « d’agir sur la gestuelle de l’enfant par une gymnastique répétée tout au long de l’année » à l’école et à la maison, dès le jeune âge et sur l’intérêt de communiquer à long terme auprès de tous.

 

S’agissant de Santé Publique et de Prévention Primaire, nous aimerions pouvoir agir auprès de tous les enfants en même temps pour l’avenir.

5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie à Saint Brieuc

Question de PENHOAT-PEPINO                           Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les outils pédagogiques (posters ou autres) sont disponibles pour l’usage d’éducation posturale en séance individuelle en cabinet ?

 

Réponse Daniel Ribaud Chevrey                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

-          Le poster est principalement destiné aux salles de classes parce qu’il interpelle durablement les personnels scolaires autant que les enfants sur la pédagogie du redressement.

Sachant l’association de la couleur rouge aux mauvaises  postures et le vert  à la moins mauvaise, il peut être très utile en cabinet pour aider petits et grands à comprendre les mécanismes  qui agissent dans le temps et pour visualiser les attitudes paradoxales.

L’ensemble des positions indiquées tout autour montre que la réponse au problème de l’immobilité est le mouvement autour de la position d’équilibre laquelle résulte de l’adaptation du poste de travail et non pas l’inverse.

 

-          Le support de formation est également  un outil pratique polyvalent utilisable en cabinet. Il est à la fois :

 

  •  un outil de pédagogie pour aider les kinésithérapeutes à faire leurs interventions en classe ou en conférence avec des adultes

(vidéo, tableau ergonomique interactif, schémas simplifiés, auto grandissement, redressement sur ballon…etc.)

 

  • Et un document de présentation du  programme aux responsables et décideurs, parents, enseignants, chefs d’établissement, médecin scolaire… maires, élus du département ou de la région qui financeront les interventions.

Il contient les travaux de référence ( INSERM Expertise collective sur les rachialgies en milieu professionnel, les travaux et expertises du GILL, les conclusions du congrès international de prévention des lombalgies organisé sur la thème du « dos et l’enfant »,   la circulaire de l’Education Nationale qui n’est pas appliquée, une étude sur l’usage du mobilier ergonomique et la réussite scolaire, l’étude biomécanique sur le poids des cartable de Grandir en France réalisée au CHU de Necker, les résultats de la pesée nationale des cartables  de 2007),  montrant la disparité fonctionnelle qui existe entre la durée la position assise et  des efforts mal contrôlés comme  le port de charges lourdes. 

 

-          Logiciel

Est davantage un coach répétiteur. Le logiciel se superpose à tous les programmes en cours (jeux, MSN, Word, Internet …)

Avec sa pédagogie répétitive et son système d’alerte posturale, il transforme les ordinateurs en outils de prévention et d’apprentissage d’automatismes posturaux.

La fréquence des interventions est paramétrable

Le niveau de difficulté des quiz qui font suite aux exercices est également paramétrable.

Les fiches techniques qu’il contient en font également un outil travail possible en cabinet.

 

 La prochaine version comportera des interpellations à la demande, à cet effet, et de nouveaux exercices.

5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie à Saint Brieuc

Question de Jean François FAURE     jff26@ wanadoo.fr

 

A- Y a-t-il une formation à la méthode MTONDOS ?

B - Si oui qui la dispense ?

C - Comment intervient-on au sein de l’Education Nationale ?

D - Quels outils existent pour proposer un travail préventif aux décideurs ?

 

Réponse Daniel Ribaud Chevrey               Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 A- La méthode MTONDOS  répond par la mise en pratique pédagogique à l’absence d’éducation préventive, dès le jeune âge.

Ce  programme pluridisciplinaire coordonné, présenté à l’UNCAM, appelle la mobilisation  locale  à demander l’intervention des  kinésithérapeutes pour appliquer les indications ministérielles et agir en amont de la révélation des maux, tel que le préconise les experts.

 

Il s’agit  d’abord de sensibilisation « générale » et d’apprentissage de base au bon endroit qu’est l’école publique.

A cet effet, l’utilisation de supports numériques permet d’envisager des actions pratiques reproductibles, durables et  toujours perfectibles.

 Le « Serious Game» favorise notamment une communication utile et nécessaire,  et un développement durable fondé sur les compétences valorisant le rôle des kinésithérapeutes.

 

B  -   Une formation MTONDOS est actuellement dispensée par l’ORREK IDF

Le réseau MTONDOS comporte 200 kinésithérapeutes prêts à faire des formations de proximité dans leur département.

A la demande des participants, en plus des rappels spécifiques et du développement des connaissances en ergonomie, des ateliers de pratique permettront une approche concrète pratique, ainsi que la prise en main des outils numériques.

 

l'ORREK  idf  à Paris 19°, avec
Gilles Barette et Xavier Dufour. Une 2ème date sera programmée en fin
d'année également.

Le programme complet et l'inscription en ligne sur :
http://www.orrekidf.fr/mtondos/

Thomas PROTHON    -    ORREK IdF
211 av Jean Jaurès - 75019 PARIS
Parc de La Villette  -  Folie N5
01 42 00 84 03  - 06 13 83 23 14

 

C - Depuis plus de 20  ans,  l’ « éducation vertébrale à l’école »,  est justifiée par les études de santé publique les plus abouties.

Afin de contourner le problème du coût qui doit être réparti et échelonné sur plusieurs années,  MTONDOS  propose de communiquer avec des outils modernes et  pertinents, L’implantation de simples posters dans les salles de classes favorisera l’action pédagogique et la communication sur le développement du projet.

De proche en proche, les résultats obtenus grâce à une pratique régulière et de l’adaptation des habitudes fonctionnelles, apporteront rapidement la preuve de leur utilité en termes de réduction de fatigabilité, d’attention et de réussite scolaire, de diminution des contractures musculaires et de bien être à l’école, nous serons alors dans l’action préventive.

 

Bien que le terme d’éducation préventive relève  ici du pléonasme, ce programme intervient dans la prévention primaire dès le jeune âge, à la différence  de la prévention secondaire chez l’adulte qui nécessite des évaluations et bilans plus complexes…

 

De fait, ce programme repose assez simplement  sur

 

-           Une  mise en pratique «perfectible», d’exercices de redressement  et la transmission de connaissances de base, selon l’âge scolaire, appelant néanmoins des évaluations d’acquisitions par période,  et le soutien  de l’EPS qui doit être valorisée,

 

-          L’obtention d’un acte  de bilan en accès direct,  qui serait dispensé en cabinet par un kinésithérapeute (demandé par le SNMKR)

Ce bilan morpho statique et dynamique, qui contribuerait à la détection précoce des troubles de croissance, viserait à apprécier la capacité de redressement en position assise et debout, et debout avec un cartable ( bilans gratuits effectués en juin 2009)

Les résultats devront être rapprochés de la disparité fonctionnelle qui existe entre la durée de la position assise ; 1500 h en 1997, 4000 h  en 2009 et le poids des cartables 6.5 kg en 1997, 8.5 kg en 2007, les activités sportives pratiquées, face à la prévalence de jeux interactifs, en vue de valoriser l’éducation physique et la pratique d’activités sportives adaptées.

 

A cet effet, le partenariat MTONDOS, qui rassemble les experts, les professionnels et une partie des responsables de la communauté scolaire avec les parents d’élèves et un nombre grandissant d’enseignants, permet de faire le choix local de la prévention et de demander les budgets  correspondants.

 

Les parents d’élèves FCPE mettent le programme MTONDOS à l’ordre du jour des questions diverses du conseil d’administration, sachant qu’il est de la responsabilité du chef d’établissement d’appliquer la circulaire de janvier 2008 ; qui dit que le poids des cartables est un problème de santé publique et que les personnels scolaires doivent apprendre aux élèves les bons gestes et les bonnes postures, que les élèves doivent avoir un livret d’ergonomie, que le mobilier doit être remplacé par du mobilier ergonomique et que le poids des cartables doit être réduit de 50%.

 

Sachant l’absence des moyens pédagogiques et de formation des maitres et des enseignants à cet effet, y compris d’EPS alors qu’ils ont largement le niveau de compétences, MTONDOS apporte des outils pédagogiques et propose l’intervention d’un kinésithérapeute dont l’éducation vertébrale est le domaine d’activités professionnelles.

Le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté qui fait partie du conseil d’administration est missionné pour évaluer les besoins et les adaptations locales envisageables.

-          Installation des posters dans les salles de classes

-          Conférence  de présentation du programme avec les responsables, le médecin ou l’infirmière scolaire et le plus grand nombre d’enseignants possible.

Bien que ce programme pluridisciplinaire vienne en aide aux enseignants et à la médecine scolaire et à la médecine scolaire pour appliquer la circulaire, le succès du programme  et son développement reposent sur une implication progressive des personnels scolaires dont les initiatives  et la participation doivent être systématiquement valorisées par le kinésithérapeute.

En tant qu’intervenant extérieur à l’établissement, il aura tout intérêt à développer des relations de proximité avec des référents, volontaires pour développer ce programme pédagogique de prévention à la santé.

-          Intervention en classe (appelle à revenir)

-          Installation de logiciels sur les ordinateurs (implantation de la communication et du répétiteur)

-          Acquisition d’un support de formation par le CDI pour être réutilisé par le(s) référents(s) (mobilisation des personnels scolaires)

-          Evaluations comparatives et adaptations possibles (reposant sur les budgets disponibles et les résolutions locales du conseil d’administration)

  •  Evolution du comportement gestuel et postural des élèves (observations, résultats scolaires,  tests d’attention, photographies..)
  •   Evolution des structures environnementales (mobilier, rythmes scolaire, implication des maitres….)

 

D - La présentation d’un travail préventif en milieu scolaire aux décideurs ne repose pas principalement sur des outils de bilans préalables comme pour le milieu professionnel.

 

D’abord, la justification  de l’action de prévention n’est plus à faire et il ne s’agit pas de prévention secondaire. Ensuite, l’action de masse dépasse ici  le cadre des interventions en entreprise ou en maisons de retraite.

L’action de masse nécessite la mise en œuvre de progrès collectifs immédiats;

-           Une communication sur le programme de santé et bien être

-          L’évolution des structures environnementales

-          la prise de conscience collective des responsables à tous les niveaux et leur implication

-          Des choix économiques qui relèvent désormais de la démocratie locale et non pas  de nos seules demandes institutionnelles ou des priorités politiques ou des négociations socioprofessionnelles qui ne peuvent que donner une impulsion, soutenir ce choix ou y être opposées.

 

La légitimité  de  MTONODS  repose sur les études scientifiques montrant la dégradation du collagène dès l’âge de 13 ans et des altérations discales à 15 ans., l’augmentation du mal de dos chez l’adulte jeune et l’augmentation de la disparité fonctionnelle, alors que les espoirs de l’éducation et de la formation professionnelle repose sur le numérique et le e-Learning. L’acquisition de bonnes habitudes doit se faire dès le jeune âge pour tous.

Or la prévention chez l’enfant est une urgence.

 

 

Le travail préventif proposé par MTONDOS répond aux Circulaires  d’octobre 1995 et de janvier 2008  qui disent qu’il faut le faire, mais ne donne pas les moyens et ne rassemble pas les acteurs sur le terrain.

Tandis que la prévention secondaire des TMS, en général, développe un marché par obligation,  MTONDOS place l’enfant au centre du projet de prévention, sachant qu’il appartient aux  kinésithérapeutes d’occuper la place.

 

Aussi, en pratique il est nécessaire d’utiliser les outils pédagogiques qui permettent de réduire les coûts et de communiquer pour agir de façon durable et de leur ouvrir les portes des écoles.

La présence du poster MTONDOS dans les classes, l’implication des communautés scolaires, l’ évolution des résultats, permettront le développement progressif de nouveaux outils d’évaluation apportant une valeur ajoutée comparable à ceux qui sont utilisés en milieu professionnel, d’autant qu’ils auront généralement  pu être mis en place en amont de la révélation des maux.

 

L’ensemble de ces questions appelle une réponse pour tous, la complémentarité dans le partenariat ouvert pour l’entreprenariat social.

5ème Congrès National de la Prévention de la Kinésithérapie à Saint Brieuc