Action M Ton Dos - rentrée 2013

Action MTon Dos


Pour lapplication de la Circulaire du 17 janvier 2008 intitulée

« le Poids des Cartables »

 

Grandir en France chargée de mission

Avec le soutien de toute la profession et des parents d’élèves.


Constat

Le mal de dos occasionne 1,1 million d’arrêts de travail, soit 9 millions de journées

perdues pour l’entreprise et un coût social de 2 Milliards d’Euros par an.

En plus des statistiques récentes qui confirment ce débordement, l’UNCAM (Union

Nationale des Caisses d’Assurance Maladie) observait en 2010 sa plus forte

augmentation chez l’adulte jeune.

Les travaux scientifiques du GILL (groupe interdisciplinaire de lutte contre les

lombalgies) rassemblés à l‘occasion du congrès international de la Prévention des

Lombalgies et organisé sur le thème du dos et l’enfant en 1999, révélaient l’existence

d’altérations discales, autrement dit de pré-lésion, voire de véritables hernies

discales dès l’âge de 15 ans et une dégénérescence du collagène à partir de l’âge

de 13 ans.

L’Expertise collective sur les Rachialgies en milieu professionnel de l’INSERM

indiquait dès 1994 que la médecine ne peut pas l’endiguer, et qu’il était nécessaire

de mener des Actions de Prévention en milieu scolaire, sans que celles-ci soient

retardées par leurs évaluations.

Les bilans réalisés par les Kinésithérapeutes montrent que plus de 60 % des enfants

se plaignent de maux de dos.

 

Or le poids des cartables a augmenté dans des proportions intolérables ainsi que le

nombre d’heures passées dans une position assise anti-physiologique.

 

Objectif de Santé Publique

La prévention ne peut être bien conduite qu’en milieu scolaire dans la mesure où

l’école est le lieu égalitaire et où le jeune âge est l’âge dacquisition des

habitudes de vie et de travail.

En dehors des nombreux facteurs associés, les causes principales sont :

- Le prolongement de la position assise à angles droits, qui est antiphysiologique

dans la mesure où elle inverse la courbure lombaire, favorise le

tassement vertébral, occasionne l’allongement et la perte de vigilance

musculaire, et perturbe le schéma corporel de redressement.

- Le port de charge en excès ou le port de charge sans verrouillage

adapté, et toutes sortes de mauvais gestes, d’activités physiques ou

sportives et d’efforts insuffisamment préparés.

Le mal le dos des adultes résulte principalement de l’absence d’éducation vertébrale

et de l’évolution des structures environnementales, autrement dit des usages qui

conditionnement les gestes et les postures, ainsi que des rythmes de vie et de

travail.

Il apparait indispensable

- de dispenser un programme pédagogique d’éducation à la santé pour

tous, en amont de la constitution des lésions et donc bien avant la révélation

de la douleur,

- de former des référents scolaires pour en assurer la continuité de ces

apprentissages de bonnes pratiques pour une action durable.

 

Objectif de valorisation de la Prévention

L’action qui consiste à agir à l’échelle nationale en amont de la révélation des maux,

peut être développée largement grâce à l’implication de kinésithérapeutes de

proximité, volontaires, qui sont les professionnels du domaine de compétence.

 

Plus de 260 sont spécialement formés pour dispenser ce programme en milieu

scolaire.

Concrètement, il s’agit pour la profession de remplir une mission de Santé Publique,

en venant en aide sur le terrain à la médecine scolaire et aux enseignants, en

général qui devraient pouvoir appliquer la circulaire ministérielle.

Il convient notamment de défendre cette possibilité de diversification d’activité

professionnelle, sachant le risque de se voir imposer une délégation de compétence

par les autorités qui s’avèrerait coûteuse au risque d’être inefficace.

 

Les freins :

- les priorités de la politique générale (quelle qu’elle soit) et les choix préétablis

des moyens à l’échelle nationale, régionale, départementale et rurale,

- la compartimentation des rôles entre les ministères concernés,

- la méconnaissance générale des adultes des causes du mal de dos, les

habitudes de vie et de travail, et les nouveaux usages qui les conditionnent,

- le fait de ne pas se sentir concerné avant la survenue de la douleur qui est

tardive,

- les blocages catégoriels, professionnels, politiques, syndicaux, associatifs,

voire interdisciplinaires qui font prétexter quantité de choses plus prioritaires

ou plus urgentes, sont autant de freins à cette mise en oeuvre comme à la

reconnaissance des acteurs de proximité.

 

Les leviers

- la prévention repose sur une action pluridisciplinaire valorisante pour tous ces

participants,

- le partenariat M’Ton Dos qui repose sur le rapprochement des experts, des

kinésithérapeutes et des parents, et qui met l’enfant au centre de l’action de

Prévention en milieu scolaire, représente déjà une force démocratique qui

peut s’exprimer à tous les niveaux de responsabilité à commencer par les

conseils des écoles et les conseils d’administration des collèges, et les

municipalités…

- le plan d’action ci-dessous fondé sur les compétences des kinésithérapeutes

et un programme militant qui s’appuie sur :

o un référentiel pédagogique pour la santé adapté à l’enfant et à l’école

o une formation professionnelle spécifique

o des outils pédagogiques facilitant la formation de référents scolaires et

la continuité des apprentissages,

o l’économie numérique pour un développement large et durable peu

coûteux.

o un procédé numérique qui utilise une pédagogie répétitive pouvant

servir de support à la transmission des connaissances

complémentaires pour la Santé.

- les actions croisées des parents, des kinésithérapeutes et des acteurs

politiques sont l’objet d’une importante médiatisation qui permet une relative

mobilisation des responsables de proximité et des intervenants de la vie

scolaire,

- l’outil politique de Prévention, déjà en place, peut être intégré dans la

campagne des élections municipales.

 

Acteurs mobilisables

A. Partenariat MTon Dos

M’Ton Dos rassemble des partenaires associatifs et professionnels.

- Grandir en France

Porteur des travaux de références sur le dos et l’enfant, rassemble les experts

au sein de son comité scientifique,

A ce titre, est chargé de mission par l’URPS-MK et l’ARS-IDF

Mobilise les kinésithérapeutes volontaires et organise une formation

spécifique, propose une convention qui établit les modalités d’intervention afin

de mener des actions en milieu scolaire pour une prévention durable et assure

la logistique pédagogique

- Snmkr

Le Syndicat national des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs fait partie

de l’Union. Il a une représentativité combative plus ou moins forte selon les

régions et les départements.

- Fcpe

La fédération des Conseils des Parents d’Elèves est la plus représentative au

niveau national. Le national transmet les informations aux conseils

départementaux qui les répercutent à leur tour.

- Les organismes de formation professionnelle (avec une prise en charge

FIF-PL)

• Format kiné

• Onrek

B. Autres structures représentatives

- URPS- MK

Les Unions Régionales des Professionnels de Santé des Masseurs

Kinésithérapeutes

Elues par les professionnels, avec des majorités syndicales qui varient d’une

région à l’autre ; elles sont cependant représentatives de toute la profession

par Région.

Bien que leur rôle soit consultatif, elles peuvent proposer et soutenir l’action

M’Ton Dos sur le modèle envisagé en IDF et la demande de subvention faite

auprès de l’ARS-IDF

- CNPK

Conseil National de Prévention des Kinésithérapeutes

Forme les préventeurs divers des Conseils départementaux de Prévention

des Kinésithérapeutes, dépend des financements des CRAM et des ARS,

développe des actions en entreprise avec le soutien de mutuelle.

 

Cadres de lAction

L’action repose sur la mobilisation des acteurs de proximité et sur l’implication des

responsables politiques, syndicaux, associatifs et professionnels divers.

La caution médicale étant acquise, ainsi que le soutien de toute la profession, il s’agit

de développer une stratégie sur deux niveaux qui sont appelés à se rencontrer :

- le cadre institutionnel intéresse la responsabilité de l’Etat et les ministères

concernés, l’Assurance Maladie et les ARS, qui doivent mettre en place un

programme et des espaces pilotes de références pour servir d’exemple à un

plus large développement ; ce cadre concerne, par conséquent, tous les

représentants associatifs dont le rôle est soit consultatif, soit

démocratiquement opposable.

- le cadre de lentrepreneuriat social intéresse les responsables de la santé et

des affaires scolaires, soit parce que leur rôle est de financer les actions, soit

parce qu’il s’agit de programmer cet enseignement nouveau pour la Santé. Ce

cadre concerne par conséquent tous les acteurs de proximité, et nécessite le

rapprochement des compétences pluridisciplinaires, voire l’implication de la

démocratie locale pour voter la mise en oeuvre.

 

Niveaux de laction

Les actions croisées des partenaires s’articulent sur leurs structures de

fonctionnement.

Sachant que le terrain appelle la rencontre des intervenants de la vie scolaire, des

préventeurs et des responsables qui doivent financer les projets, le comité de

pilotage de Grandir en France (qui regroupe des partenaires associatifs divers),

propose d’optimiser les résultats en centralisant les informations afin de soutenir le

plus possible les démarches et les initiatives, individuelles ou collectives, aux

différents niveaux:

- National

- Régional

- Départemental

- Municipal

- Local

Le site www.mtondos.biz et la page facebook mtondos

https://www.facebook.com/www.mtondos.biz sont dédiés à l’information et à la

valorisation des projets

 

Contact pour les remontées dinformations :

Daniel Ribaud Chevrey Frédéric Srour Nicolas Machuret

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Développement des actions


ACTION NATIONALE (1)

Suite aux démarches effectuées en direction des institutions, les démarches seront

renouvelées à l’appui de la médiatisation. Des courriers de synthèse vont être

adressés aux ministres concernés afin de faire le point sur nos propositions et

d’obtenir :

- le parrainage des ministères pour une visibilité utile à un développement

rapide,

- l’intégration du programme M'TON DOS au programme scolaire des CM1

CM2, en tant que référentiel pédagogique pour la santé,

- une aide financière minimum pour l’encadrement de l’action institutionnelle

- des rendez-vous pourront être organisés.

 

ACTION REGIONALE (2)

L’action régionale implique la mobilisation des URPS-MK avec le soutien des

représentants de la FCPE et des syndicats de masseur-kinésithérapeutes.

La proposition de développement se fera sur le modèle de la demande de

subvention faite à l’ARS IDF :

- Création d’un Pôle Ergonomique Régional pour l’Education, dont le rôle est

d’organiser des conférences avec les représentants départementaux de la

fcpe, du snmkr ou de tout autre représentant de la profession.

- Création de centres pilotes ou Espace d’Ergonomiques d’Education

représentatifs d’une action institutionnelle pour la prévention.

L’expérimentation du programme M'Ton Dos doit se faire dans la durée, et

comporter un minimum de 4 formations en classe par an, comportant des

évaluations ergonomiques, cliniques, pédagogiques et numériques.

A défaut de l’aide institutionnelle attendue, l’action pourra être engagée en profitant

de la mobilisation à la rentrée scolaire et des initiatives locales.

8

Chacun sera particulièrement attentif aux initiatives et aux acteurs potentiels grâce

auxquels il sera possible de réaliser un plus grand nombre d’interventions.

 

ACTION DEPARTEMENTALE (3)

Concerne principalement la mobilisation des acteurs locaux à la rencontre des

responsables des affaires scolaires et des directeurs des établissements.

Les préventeurs de proximité qui disposent de :

- une clé USB contenant les outils pédagogiques et les documents de

références

- une plaquette exposant clairement l’action

- des posters montrant les objectifs pratiques

- des courriers type pour rencontrer les maires et les chefs d’établissement

- de la convention de Grandir en France demander leur financement

Les preventeurs pourront présenter le programme de prévention accompagnés

des représentants départementaux ou locaux des parents d’élèves qui inscriront

le programme M'Ton Dos à l’ordre du jour des conseils d’école et des conseils

d’administration des collèges sachant que le comité d’éducation à la santé et à la

citoyenneté à cette mission et peut disposer d’allocation pour le mettre en oeuvre.

 

ACTION MUNICIPALE (4)

Les prochaines élections municipales sont autant d’opportunités pour proposer aux

maires d’engager des actions en milieu scolaire peu coûteuses qui sont valorisantes

pour tous, autour de la santé et de l’enfant, à la rencontre de ses électeurs.

Le maire peut organiser une conférence en mairie sur le sujet de la prévention.

Dans tous le cas, les kinésithérapeutes préventeurs pourront faire cette conférence

en moins de 30 min.

Il dispose d’un diaporama de présentation d’une durée de 30 minutes qui peut être

suivi d’un débat de 40 minutes.

L’objectif est l’information large des parents, la sensibilisation des instituteurs et des

chefs d’établissement et le financement d’un projet en école élémentaire au minimum

par la mairie.

 

ACTION LOCALE (5)

La rentrée scolaire est le moment des assemblées générales des parents d’élèves.

A juste titre le poids des cartables reste un sujet de préoccupation pour les familles.

Les représentants locaux des parents pourront inviter un préventeur en AG pour

présenter le programme M'Ton Dos dans la mesure où ils prévoient de l’inscrire au

conseil d’école ou au conseil d’administration du collège.

Le plus grand nombre d’interventions seront gratuites parce que les parents

kinésithérapeutes sont généralement volontaires et bénévoles.

Cependant, il conviendra d’officialiser la démarche pour la santé, si l’on veut qu’elle

soit durable et qu’elle favorise un développement de proximité.

 

Conclusion

Pour cela, il faut organiser à ces différents niveaux les rencontres des

homologues représentants des parents d’élèves et des kinésithérapeutes afin

de leur donner ce plan daction qui les invite à agir ensemble pour une

représentativité démocratique forte et la mise en place de projets concrets.

Ils pourront se rapprocher du comité de pilotage de Grandir en France qui les

aidera à développer leur action et les mettra en contact avec les préventeurs

certifiés M'Ton Dos qui ont les moyens techniques pour intervenir localement.

Grandir en France, étant chargée de mission et soutenue par toute la

profession, déléguera un représentant de proximité parmi les membres actifs

du réseau de préventeurs pour présenter le programme à lARS avec le

président de lURPS-MK concerné.

Il est aussi important dagir à tous les niveaux en concertation. Laction

engagée doit bénéficier des contacts politiques et relations favorables. Et

toutes les initiatives locales doivent être valorisées.

Grandir en France propose de coordonner lensemble de ce plan dactions en

étroite collaboration avec tous.