Lire l'Article (en français et en anglais)


L'expertise médicale s'est tout d'abord intéressée à la position assise. Tandis que la durée du maintien de la station assise se prolongeait avec l'évolution des usages de la vie et du travail, la taille moyenne de la population augmentait et la hauteur du mobilier standard s'abaissait; la position assise à angles droits a été reconnue comme un facteur principal de la survenue du mal de dos.

Ignorant encore l'excès du poids des cartables transporté par les enfants en pleine croissance, beaucoup pensaient que bien porté, un cartable contribuait à muscler le dos de l'enfant.

 

 

Or, de même que l'augmentation de la taille moyenne de la population et l'abaissement du mobilier standard, révélaient un problème pour la santé publique, l'augmentation de la durée de la position assise devait être rapprochée des contraintes supportées "passivement" par le port d'une charge en excès.

Les bonnes questions :

  • A partir de quel excès de poids, l'enfant ne peut pas redresser son dos ?
  • A partir de combien de temps renonce t-il à le faire ?

Il n'était plus possible d'imaginer et de dire que "le poids d'un cartable peut remplacer une séance de gymnastique" ; car la durée de la position assise et, de surcroît, l'attitude "antiphysiologique" généralisée par le mobilier standard, perturbent le schéma corporel de redressement et occasionne une perte de vigilance musculaire qui interdisent le verrouillage nécessaire, et par conséquent le transport d'une charge lourde.

  • A quels niveaux se localisent les contraintes ?
  • Enfin, quelles sont conséquences sur la croissance, les cartilages, les disques, les muscles, les lligaments ?

La plupart des responsables de l'Education Nationale ou de la Santé, comme les experts et les professionnels pensaient naturellement que ces problèmes trouveraient des réponses simples. L'Education Nationale avait diffusé une Circulaire en octobre 1995 qui dit tout ce qu'il faut faire. Dans le même temps, les experts de la médecine, qui ont tant d'études plus graves à entreprendre, avaient indiqué la nécessité de prévention en milieu scolaire. En pratique, les uns et les autres furent totalement ignorés. A défaut d'information de proximité, d'encadrement professionnel et des moyens pédagogiques adaptés, la mobilisation locale est restée insuffisante et partagée. Des priorités plus urgentes l'emportent encore sur les mesures de Prévention.

C'est la raison pour laquelle, le comité médical et technique de Grandir en France a pris l'initiative de réaliser une étude médicale sur le poids des cartables au CHU de Necker- Enfants malades, et de lancer une pétition auprès des 450 médecins spécialistes, pédiatres et rhumatologues, parisiens.

 

 

Pourquoi les circulaires restent sans effet sur le poids des cartables ?

Si l’expertise tend à faire la preuve de la nécessité, la compartimentation des rôles et la gestion des priorités, peuvent difficilement instituer un projet dont la rentabilité n’est pas évidente.

En octobre 1996, lorsque l’association Grandir en France a organisé la pesée des cartables dans les collèges parisiens avec la FCPE, le Rectorat de Paris s’y était opposé. A l’évidence, les responsables savaient que la Circulaire d’octobre 1995 n’était pas appliquée. Mais, considérant l’événement comme médiatique, ils n’ont pas apporté le soutien attendu à cette première étude médicale utile pour la Santé Publique.

Peu de temps après, l’Assemblée Nationale s’était prononcée contre le projet de loi pour « l’allègement du poids des cartables »… Inutile! Une telle loi était jugée inapplicable.

Le large débat engagé politiquement avait davantage prêté attention aux propositions des éditeurs de manuels scolaires  qu’à la priorité de Santé Publique indiquée par les experts.

Le problème de la disparité fonctionnelle, qui existe entre la position assise et le port d’une charge en excès, fut ainsi écarté, réduit au seul « poids des cartables », lequel, aux yeux des intervenants politiques, n’avait pas de solution.

Aussi, le nombre d’heures, passées assis, dans une posture reconnue « antiphysiologique »,  et cause d'une plus forte augmentation des maux de dos chez l'adulte jeune, n'a cessé d'augmenter avec la généralisation des usages informatiques.

Parallèlement, le contenu des cartables augmentait encore selon les priorités locales d’organisation de vie scolaire, malgré une sensibilisation que personne ne pouvait ignorer.