Introduction



Les parents qui découvrent le problème du « poids des cartables » sont loin d’imaginer combien d’autres, avant eux, ont dû faire de démarches pour tenter de se faire entendre. Tandis que la sensibilisation est acquise, que les problèmes sont reconnus ainsi que la diversité des mesures adaptées, que les textes existent, ils se demandent bien pourquoi rien ne change ?

 

 

Chacun sait que la Prévention Primaire doit  aborder les problèmes en amont de la révélation des maux, au bon moment et au bon endroit. Le bon moment est dès le jeune âge ;  l’âge de l’acquisition des habitudes de vie et de travail. Le bon endroit en matière de santé est nécessairement égalitaire.

Pour changer les mauvaises habitudes et faire évoluer les mentalités, il faut pouvoir y enseigner les « bonnes pratiques gestuelles et posturales », et faire progresser les structures environnementales.

Pour cela, l’implication de tous les responsables autour de l’éducation de l’enfant et de l’organisation professionnelle, est nécessaire.

Bien entendu, cela s’avère difficile et prendra beaucoup de temps, parce que tant que l’on ne croit ne pas être concerné, on ne s’implique pas. L’implication relève du débat.

 

Aussi, la Prévention est un choix qui concerne d’abord les parents, puis les professionnels, et  la responsabilité collective. Elle est une question de culture qui ne peut que s’appuyer sur un programme institutionnel, appelant l’engagement et des décisions politiques.

A défaut d’éducation physique adaptée et de pratiques individuelles régulières (en rapport avec les problèmes connus de la position assise à angles droits et l’excès du poids des cartables à l’âge de forte poussée de croissance), la population adulte ignore les causes du mal de dos. Son approche de la réalité est individuelle et se fait dans la douleur ; qui est un signal tardif de l’acquisition des lésions. Les réponses thérapeutiques se font dans le débordement, et le souci de ne pas perdre son travail, mais malencontreusement à la recherche d’un nouveau confort, dans un environnement qui n’est pas favorable.

En effet, les structures environnementales, qui répondent également davantage aux priorités économiques, accumulent les conditionnements posturaux et fonctionnels qui vont à l’encontre des bonnes pratiques. Certes, les limites de la production, comme les enjeux sociétaux, forcent, aujourd’hui, à trouver des réponses à la fatigabilité, à l’absentéisme et à la pénibilité au travail, à définir des normes.

Concernant le dos et l’enfant, les statistiques et les expertises médicales montrent un débordement qui n’a plus à faire preuve de la nécessité d’adaptation, mais la préférence du choix qui s'impose pour la Prévention et la Promotion de la Santé.

Sachant les limites supportables dépassées et ce choix prioritaire, il importe de mobiliser localement les intervenants de la communauté scolaire et les responsables du budget des établissements scolaires sur le programme M'Ton Dos pour appliquer les mesures les mieux adaptées.

Bien entendu, il faut refaire ce débat, chaque année, et l’élever. Cela ne de fera pas naturellement, mais grâce à l’initiative et au bon sens, à tous les niveaux.

De même, en entreprise, il est important de faire évoluer les structures environnementales à partir du bilan ergonomique, et de ne pas confondre ; sensibilisation et bien être, événementiel et apprentissage durable, valorisation de l’image d'entreprise avec un véritable suivi de formation.

 

Congrès International de Prévention des lombalgies de Grenoble

Il s'agissait de mieux cerner le phénomène de disparité fonctionnelle, qui concerne également les adultes.

Le Professeur P. Touzet, qui était chef de service d'orthopédie infantile, chirurgien des scolioses, et qui avait rejoint notre association, envisageait de confier les premiers résultats de cette étude à ses élèves pour effectuer une thèse de doctorat, dans le but d'observer les limites de durée de station assise et du port de charges pendant la croissance.

Ce projet d'étude médicale a été communiquée au Congrès International de la Prévention des Lombalgies, de Grenoble, en 1999.

Lire la Communication de Grandir en France au Congrès International de la Prévention des Lombalgies

sous l'onglet EDUCATION : Titre "Poids du cartable ou la disparité fonctionnelle "

 


PROGRAMME M'Ton Dos : CAUTION MEDICALE, TRAVAUX D'EXPERTISE

Grandir en France a rejoint le comité scientifique du GILL (groupe interdisciplinaire de lutte contre les lombalgies, association proche du Haut Comité de Santé Publique) qui avait vocation à rassembler les compétences et à sensibiliser les autorités politiques et les professionnels. En tant que porteurs de projet, nous vous invitons à prendre connaissances des travaux de référence pour la Prévention:

Lire  GILL - dossier de presse - LE DOS DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT ET LA PREVENTION DES LOMBALGIES

Lire  "La prévention des lombalgies en milieu scolaire"  Dr Bruno Troussier

Lire "La lombalgie de l’enfant et de l’adolescent" Dr Bruno Troussier

Lire  les lettres de soutien

Dans les années 2000, alors que les statistiques montraient déjà une forte augmentation du mal de dos malgré les efforts de la médecine, le professeur Xavier Phelip, rhumatologue, ex-président de la SFR, disait «…Les dirigeants de notre pays attendent que l’on prouve l’efficacité de la prévention ».

Lire   les statistiques de l’INSERM (1995)

Lire   les Statistiques  de l’INRS (2007) sur l’évolution des lombalgies et de TMS

Au- delà des caractères spécifiques à la personne (âge de croissance, types morphologiques, antécédents…etc.), il convient d’observer l’interdépendance des principaux conditionnements fonctionnels qui génèrent les maux de dos.

Nous avions donné à cette interdépendance le nom de disparité fonctionnelle afin de ne plus considérer le problème à moitié ;

-          La manutention montre toujours une grande diversité d’efforts mal conduits, notamment des ports de charges qui nécessitent des formations ergonomiques adaptées à la spécificité du travail.

-          La position assise à angles droits, qui est anti physiologique, appelle le remplacement du mobilier standard par un mobilier ergonomique réglable (pas seulement du siège) et surtout une pratique régulière des mouvements de la colonne vertébrale dans le redressement pour assurer la vigilance des muscles profonds.

Le cumul de ces mauvais conditionnements, fragilise d’autant plus la colonne vertébrale que la perte de vigilance musculaire occasionnée rend impossible le verrouillage utile lors d’un effort de moindre importance, et que le maintien prolongé de l’immobilité perturbe sensiblement le schéma corporel de redressement et localise les contraintes.

Aussi, il semble intéressant d’évaluer l’acquisition des « bonnes pratiques posturales et gestuelles », dès le jeune âge, et d’assurer la continuité de cet apprentissage tout au long de la croissance. Sachant qu'il sera toujours possible de comparer le taux de pré lésions discales observé chez l’adolescent.

L’éducation de la « posture assise dynamique de redressement » et l’apprentissage du port de charge (adapté à l’âge),  visent à lutter contre l’installation de cette disparité fonctionnelle dont les effets semblent agir à bas bruit durant la croissance et se révéler chez l'adulte jeune, autrement dit juste après.

Sachant la survenue d'altérations du cartilage dès l’âge de 13 ans, la faible innervation du disque intervertébral et l’observation de pré-lésions discales chez des adolescents de 15 ans, l’expérimentation du Programme M’Ton Dos devrait débuter en classe de CM1, CM2, et se poursuivre jusqu’en classe de 3ème.

 

 

En 2007 Grandir en France relance l’action Prévention avec de nouveaux partenaires

Dix ans après la première pesée des cartables réalisée à Paris, qui avait motivée la mission parlementaire sur l’excès du « poids des cartables », la FCPE a organisé une nouvelle pesée sur l'ensemble du territoire national,  à la demande de l’association Grandir en France qui rassemblait les experts et les professionnels, ergonomes, formateurs et kinésithérapeutes.

Lire PDF le "communiqué de Presse" du Partenariat M’Ton Dos en haut de page DANS LA CITE

et  les statistiques de 2007 sur le Poids des Cartables

 

Le combat continue

Lire les articles  sur le poids des cartables en PDF

FCPE

SNMKR

Grandir en France

Etant donné, la gravité du problème, le Ministre de l’Education Nationale avait dû reconnaître que le poids des cartables est un problème de Santé Publique et préciser dans une nouvelle Circulaire de Janvier 2008 que la position assise justifiait l’apprentissage du redressement du dos et la mise en oeuvre de mesures ergonomiques appropriées.

Lire la Circulaire  de janvier 2008 du Ministre de l'Education Nationale

 

Implication des professionnels, ergonomes, formateurs, kinésithérapeutes et SNMKR, dès 2007

Suite à la demande du Ministère de la Santé, le comité médical de Grandir en France a proposé un protocole minimum de Prévention en milieu scolaire. Pour cela, des experts, les représentants des parents d’élèves FCPE, des enseignants et chefs d’établissement, ont été réunis avec des kinésithérapeutes et formateurs du SNMKR, sachant l’aide qu’ils peuvent apporter à la médecine scolaire dans le domaine de l’éducation vertébrale.

Le partenariat M’Ton Dos était né.

Lire le Protocole minimum pour l'Education vertébrale à l'Ecole Janvier 2008